Présentation

Une nouvelle édition

Un outil de travail

Les Œuvres complètes de Montesquieu

Des Œuvres complètes au Dictionnaire Montesquieu : principes d’édition

Une nouvelle édition

Cinq ans après la première édition du Dictionnaire électronique Montesquieu (février 2008) est venu le temps de la mise à jour, car ces cinq années ont vu la publication de nombreux ouvrages, dont il fallait rendre compte pour rester fidèle à l’esprit de ce Dictionnaire : mettre à la disposition du public les acquis les plus récents de la recherche.

L’essentiel en est dû aux Œuvres complètes de Montesquieu, dont ce Dictionnaire constitue un prolongement essentiel. Depuis février 2008, quatre nouveaux volumes ont vu le jour et deux autres sont venus à échéance et bientôt sous presse. De ces quelque trois mille pages, il fallait rendre compte.

De surcroît, l’entreprise des Œuvres complètes est suffisamment avancée pour que soient utilisés et exploités les volumes à venir, dont le texte a d’ores et déjà été établi. On ne trouvera donc plus aucun renvoi à des éditions antérieures : le texte des Œuvres complètes en cours (Voltaire Foundation, puis ENS Éditions / Classiques Garnier) fait désormais référence.

Rares sont les articles de la première édition qui n’ont pas bénéficié des progrès récents dus aux Œuvres complètes, auxquelles s’ajoutent de nombreuses publications (colloques, thèses, monographies, articles) qui ont permis la mise à jour des connaissances et l’actualisation des bibliographies. De tels travaux ont eu également pour conséquence d’enrichir le Dictionnaire de nouveaux articles auxquels d’autres encore viendront s’ajouter au fil des mois, grâce à la souplesse qu’offre une édition en ligne.

Mais la principale nouveauté de l’édition 2013 est qu’elle est désormais entièrement accessible en anglais. C’est un nouveau public qui est ainsi visé, pour qui Montesquieu fait partie d’un patrimoine intellectuel et culturel qui dépasse les frontières de la langue française. Le Dictionnaire électronique Montesquieu, devenu en 2013 Dictionnaire Montesquieu sans changer d’esprit, se donne ainsi de nouveaux moyens et un nouvel horizon.

Un outil de travail

Le Dictionnaire Montesquieu est destiné à tous ceux qui s’intéressent à l’œuvre et à la pensée de Montesquieu et qui souhaitent mieux les connaître : étudiants et chercheurs de toutes disciplines, voire tout public désireux de mieux comprendre les inflexions majeures de l’histoire des idées et les fondements de la pensée moderne.

L’accent a été mis sur les notions et les œuvres, afin de rendre véritablement accessible une pensée extraordinairement riche et nuancée, souvent complexe. On s’est efforcé d’en traiter tous les aspects : depuis ses fondements juridiques jusqu’à une esthétique pleinement constituée, en passant par les axes essentiels que sont la philosophie morale et politique, la philosophie de la connaissance ou la pensée de l’histoire et de l’économie. La biographie, centrée sur des points précis, n’a pas été oubliée. Des regroupements thématiques (Religion, Esthétique, Histoire, Antiquité, Justice, etc.) permettent de suivre des parcours qui peuvent être prolongés et différenciés, au fur et à mesure de l’enrichissement du Dictionnaire, comme en témoigne déjà cette seconde édition.

La spécificité de cet ouvrage est en effet de rompre avec la tradition des outils de référence sur support papier, qui en avaient fourni le modèle d’origine. Seule une édition électronique pouvait apporter toute la souplesse nécessaire : à la fois pour obtenir l’information la plus complète possible, tenir compte des avancées de la recherche et mieux répondre aux attentes des lecteurs, en se développant progressivement.

Il fallait aussi tirer parti de la disponibilité et de la facilité d’accès des publications électroniques : ainsi chaque référence bibliographique à la Revue Montesquieu, dont les numéros 1 à 7 sont intégralement accessibles en ligne (http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique21) permet d’obtenir une version pdf de l’article correspondant. Ont également été fournis en bibliographie des adresses électroniques de livres, articles et documents dont l’accès est libre.

Le Dictionnaire Montesquieu n’en revendique pas moins une autorité scientifique pleine et entière, que lui confèrent la compétence internationalement reconnue de ses auteurs et sa relation étroite avec l’entreprise des Œuvres complètes de Montesquieu.

Les Œuvres complètes de Montesquieu

Lancée par Jean Ehrard, dirigée depuis 2005 par Pierre Rétat et Catherine Volpilhac-Auger, cette édition rassemble une équipe internationale de plus de quarante chercheurs. De 1998 à 2012 ont été publiés treize volumes, les huit autres étant en préparation (http://montesquieu.ens-lyon.fr/spip.php?rubrique5).

Les onze premiers volumes ont été publiés par la Voltaire Foundation (Oxford) :

  • Correspondance I, 1998 – vol. XVIII
  • Considérations sur les Romains et Réflexions sur la monarchie universelle, 2000 – vol. II
  • Spicilège, 2002 – vol. XIII
  • Œuvres et écrits divers I, 2003 – vol. VIII
  • Introductions générales et Lettres persanes, 2004 – vol. I
  • Collectio juris, 2005 – vol. XI et XII
  • Œuvres et écrits divers II, 2006 – vol. IX
  • Geographica, 2007 – vol. XVI
  • De l’esprit des loix (manuscrits), 2008, vol. III et IV

Les suivants ont été ou seront publiés par ENS Éditions (Lyon) et Classiques Garnier (Paris) :

Déjà parus :

  • Défense de l’esprit des lois, 2010 – vol. VII
  • Mes voyages, 2012 – vol. X

À paraître :

  • Correspondance II, 2014 – vol. XIX
  • Extraits et notes de lecture, 2014 – vol. XVII
  • Correspondance III, 2015 – vol. XX
  • Pensées, 2016 – vol. XIV et XV
  • Correspondance IV, 2017 – vol. XXI
  • L’Esprit des lois, imprimé, 2019 – vol. V et VI

Fondée sur un retour aux manuscrits, renforcée par l’extraordinaire apport de la dation et du legs Jacqueline de Chabannes (1994-2004, manuscrits et imprimés), étayée par des enquêtes bibliographiques approfondies, l’édition a totalement renouvelé les études sur Montesquieu, en présentant des textes établis avec rigueur et en offrant des introductions et une annotation dont on mesurera l’importance avec le Dictionnaire Montesquieu.

Des Œuvres complètes au Dictionnaire Montesquieu : principes d’édition

Textes

Référence est donc désormais faite à l’édition des Œuvres complètes pour les textes apparaissant dans les volumes publiés mais aussi à venir (Mes pensées, L’Esprit des lois, Correspondance 1747-1755, Extraits et notes de lecture II), sur lesquels ont été vérifiés toutes les citations et tous les renvois : il était impossible de continuer à s’appuyer sur les éditions en circulation, souvent fautives (en particulier pour les Pensées) ou insuffisantes, et indispensable de tirer tout le parti possible de travaux achevés et bientôt disponibles.

Ce choix permet également de signaler, quand cela est nécessaire, les variantes entre les différentes éditions de L’Esprit des lois, le texte de base des Œuvres complètes étant celui de la première édition, corrigée selon les indications de Montesquieu entre 1750 et 1753 ; pour les Pensées, dans tous les cas où cela est jugé important, est ajoutée la date de transcription du passage cité ou mentionné.

Références

Les renvois tiennent compte des choix éditoriaux opérés pour chaque volume : la numérotation des Lettres persanes est celle de l’édition procurée en 2004 au tome I des Œuvres complètes, et de l’édition due à Philip Stewart qui en dérive (Classiques Garnier, 2013) : elle est conforme à celle de l’édition originale de mai 1721. Pour la commodité du lecteur, on y a ajouté entre parenthèses ou entre crochets celle de l’édition posthume de 1758, suivie par toutes les éditions ultérieures jusqu’en 2004.

De même, la numérotation des chapitres de L’Esprit des lois est celle des premières éditions, 1748-1750 (texte de base de l’édition en préparation) suivie entre parenthèses ou entre crochets de celle de l’édition posthume de 1758, reproduite également de manière systématique par tous les éditeurs, malgré les doutes qui entachent un travail que Montesquieu n’avait pas achevé à sa mort et qu’il était loin de pouvoir donner à l’imprimeur en l’état.

Nous adoptons la numérotation des Pensées conforme à l’ordre du manuscrit, qui sera celle de l’édition actuellement en préparation. Elle était apparue avec l’édition de Louis Desgraves (dir. André Masson, Paris, Nagel, t. II, 1953), reprise par L. Desgraves en 1991 (Robert Laffont, Bouquins). La numérotation de l’édition de Roger Caillois (Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1949-1951), obsolète puisqu’elle suit l’ordre thématique introduit par la première édition, celle de Barckhausen (1899-1901), n’avait aucune raison d’être reprise, ni même indiquée.

Pour la Correspondance, la datation des lettres a souvent dû être modifiée, pour tenir compte des recherches récentes et en cours ; leur numérotation définitive n’a pu être introduite que pour celles qui figurent dans les tomes XVIII (1700-1731) et XIX (1731-1747) ; pour les autres, seule la date et le nom du correspondant sont donnés, ce qui permettra de les retrouver aisément lorsque ces volumes paraîtront.

Orthographe

Dans les Œuvres complètes, l’orthographe et la ponctuation sont conformes à celles des manuscrits ou éditions qui servent de texte de base. Elles sont systématiquement modernisées et harmonisées dans le Dictionnaire, afin que celui-ci joue pleinement son rôle d’instrument de travail.

Abréviations

Nous avons le plus possible réduit l’usage des abréviations ; certaines restent cependant indispensables, notamment pour de simples références. Elle sont conformes à celles qu’utilise l’édition des Œuvres complètes et qui ont été consacrées par l’usage :

OC Œuvres complètes (édition en cours, Voltaire Foundation puis ENS Éditions / Classiques Garnier)
Catalogue Catalogue de la bibliothèque de Montesquieu à La Brède, publié par Louis Desgraves et Catherine Volpilhac-Auger, avec la collaboration de Françoise Weil, Cahiers Montesquieu 4 (1999) ; à partir de fin 2013, à cette édition se substituera une édition en ligne, complétée par une base de données (ENS de Lyon)
EL L’Esprit des lois
LP Lettres persanes
Romains Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence

 

Catherine Volpilhac-Auger
École normale supérieure de Lyon et Institut universitaire de France