Études

Samy Ben Messaoud

[en]
Sommaire

1La formation de Montesquieu s’achève le 12 août 1708 par l’obtention du grade de licencié en droit. Ces études juridiques à l’université de Bordeaux (1705-1708) — on y reviendra —, précédées par un séjour au collège de Juilly (1700-1705), situé au nord de Paris, constituent le parcours scolaire de Montesquieu. Son frère cadet, Joseph, dit M. de Martillac, suivra le même itinéraire. Pour Jacques de Secondat, père de Montesquieu, comme pour l’ensemble de l’élite bordelaise, particulièrement l’aristocratie parlementaire, le collège de Juilly, réputé pour la qualité de son enseignement et la valeur de ses professeurs, représentait le meilleur établissement pour les études de ses enfants. Le nombre d’élèves bordelais était, pendant le séjour de Montesquieu à Juilly, en constante augmentation : 11 en 1700, 20 en 1704, soit près de 20% des pensionnaires.

2Les études chez les oratoriens de Juilly sont fort onéreuses. Celles de « M. de La Brède », nom d’élève de Montesquieu, dépassent les 2 000 livres ; un lourd sacrifice financier pour Jacques de Secondat. Sa correspondance avec le frère Jean Andrieux, économe du collège de Juilly, nous fournit ici de précieuses informations sur les frais de scolarité du jeune Montesquieu. Bien habillé, bien nourri, Charles de La Brède disposait pour ses études d’un environnement idéal. Il s’adonnait, après ses journées studieuses, à diverses activités récréatives : danse, promenades à cheval et sorties de chasse ; autant de divertissements jamais offerts aux élèves des collèges jésuites et de l’université de Paris. Les pensionnaires de Juilly, répartis en petits groupes, suivent en classe l’enseignement d’un professeur, qui les accompagne jusqu’à la classe de rhétorique. Les cours de mathématiques, sciences naturelles, histoire et géographie sont dispensés dans les chambres, salles aménagées selon la matière enseignée, par les préfets ou sous-préfets du collège.

3La pédagogie oratorienne, définie dans le Ratio studiorum a magistris et professoribus Congregationis Oratorii Domini Jesu observanda (1634), s’inspire aussi des Entretiens sur les sciences (1683) de Bernard Lamy, un livre fort apprécié par Jean-Jacques Rousseau. À Juilly, le respect de la discipline se fait sans le secours de la crainte. Les professeurs, bienveillants et paternels, n’infligent à leurs élèves, comme ce fut le cas du jeune Voltaire au collège jésuite Louis-le-Grand, ni châtiments corporels, ni admonestations publiques. Cette « pédagogie libérale », expression de Gabriel Compayré, est spécifique à l’Oratoire.

4L’enseignement des oratoriens confère à la langue française une place prépondérante. Outil pédagogique dans les basses classes, le français est également la langue de communication du régent avec ses disciples. L’apprentissage du latin, considéré comme une langue morte, ne débute qu’en quatrième. Dans les collèges oratoriens, à la différence de ceux des jésuites, la version est préférée à l’exercice de thème. Entré en classe de quatrième, Charles de La Brède possédait, comme le suggère son Historia Romana, un cahier de cours publié dans les Œuvres complètes (t. VIII), les rudiments du latin. Si le Ratio studiorum des jésuites accorde à l’histoire un rôle secondaire, les oratoriens offraient à leurs élèves un enseignement historique complet : histoire sainte (sixième), histoire grecque (cinquième), histoire romaine (quatrième et troisième), histoire de France (humanités). Jusqu’à la fin de la troisième, le programme d’études consiste dans le perfectionnement, d’après les traités de Clénard (Catalogue, no 1849) et de Despautère, du grec et du latin. L’enseignement des lettres classiques (Virgile, Térence, Ovide, Cicéron…) s’intensifie à partir de la seconde. Pendant les humanités, le régent initie ses élèves aux techniques du commentaire. Ces exercices, prélection, amplification et thème d’imitation, seront complétés, en classe de rhétorique, par un enseignement théorique. L’enseignement de l’art oratoire nécessite aussi des exercices d’application. Celui de l’imitation porte sur les discours de Démosthène, Eschine, et Cicéron. L’apprentissage de la prononciation s’achève par une représentation théâtrale publique, donnée à la fin de l’année scolaire — on se rappellera que Montesquieu avait composé au collège une tragédie, Britomare, dont il a pris la peine de consigner des extraits dans ses Pensées (no 359). En philosophie, le régent complète l’enseignement du rhétoricien concernant l’argumentation. Hostiles à la philosophie d’Aristote, les oratoriens enseignaient celle de Descartes (Catalogue, no 1477). Mais leur est attaché avant tout le nom de Malebranche (1638-1715), dont le rayonnement fut considérable : en témoignent La Recherche de la vérité, mais aussi les nombreux textes où Montesquieu, critiquant le philosophe, révèle par là-même combien celui-ci l’a marqué. Avant de quitter Juilly, Montesquieu avait soutenu sa thèse en présence des pères Jean Gaichiès, son professeur de philosophie, et Pierre Malguiche, supérieur du collège.

5Montesquieu poursuit ensuite des études juridiques à l’université de Bordeaux. Situés rue Porte-Basse, les locaux de la faculté de Droit, vétustes et exigus, ne facilitaient guère le travail des élèves. Danéhil, son professeur en droit français, n’en atteste pas moins de son assiduité (Bordeaux, bibliothèque municipale, Ms 2563/2). Bachelier en droit le 29 juillet 1708, Montesquieu reçoit son diplôme de licencié en droit civil et canonique le 12 août suivant. Mais cette réussite était-elle satisfaisante, vu la médiocrité de l’enseignement de l’université de Bordeaux (Collectio juris, introduction, OC, t. XI, p. XVI) ? C’est peut-être pour parfaire cette formation que Charles de La Brède, grâce à l’aide des oratoriens de Juilly, repart pour Paris. Ce nouveau séjour d’études (1709-1713) clôt les années de formation de Montesquieu, décisives dans la formation de ses goûts esthétiques et littéraires. En subsistent un témoignage capital, ses notes de lecture sur le droit romain, sur quelques points du droit français et sur plusieurs affaires contemporaines, consignées dans la Collectio juris.

Bibliographie

Textes

Historia Romana. Cahier de collège de la main de Montesquieu, Maurice Mendel éd., Louvain, Peeters, 1996.

Historia romana, C. Volpilhac-Auger éd., OC, t. VIII, 2003, p. 1-42.

Collectio juris, Iris Cox et Andrew Lewis éd., OC, t. XI et XII, 2005.

Bibliographie

Charles Hamel, Histoire de l’abbaye et du Collège de Juilly, ornée d’une vue de la façade intérieure du collège, Paris, 1868.

A. de Lantenay (pseud. de Louis Bertrand), L’Oratoire à Bordeaux, Bordeaux, Féret, 1886.

Statuts et règlements de l’ancienne université de Bordeaux, Henri Barckhausen éd., Libourne, Bouchon, 1886 (Plan du collège des lois).

Dictionnaire de pédagogie, Ferdinand Buisson dir., Paris, Hachette, 1887, art. « Oratoire » (Gabriel Compayré).

P. Lallemand, Essai sur l’histoire de l’éducation dans l’ancien Oratoire de France, Paris, Thorin, 1888.

Henri Roddier, « De la composition de L’Esprit des lois. Montesquieu et les oratoriens de l’Académie de Juilly », Revue d’histoire littéraire de la France 52 (1952), p. 439-450.

Dimitri Demnard, Dictionnaire d’histoire de l’enseignement, Paris, 1981, art. « Oratoriens ».

Jean Tarraube, Montesquieu auteur dramatique, Paris, Minard, Archives des lettres modernes, 1982.

François Cadilhon, « Montesquieu et les élèves bordelais au collège de Juilly 1700-1710 », Revue française d’histoire du livre 46 (1985), p. 253-258.

Louis Desgraves, Chronologie critique de la vie et des œuvres de Montesquieu, Paris, Champion, 1998.

Samy Ben Messaoud, « La formation intellectuelle de Montesquieu : l’enseignement des oratoriens », dans Montesquieu. Les années de formation (1689-1720), Catherine Volpilhac-Auger dir., Cahiers Montesquieu 5, Naples, Liguori, 1999, p. 31-53.

Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Danièle Alexandre-Bidon dir., Charenton-le-Pont, 1999 (estampe « Les pensionnaires de Juilly assistent à la chasse du duc de Chartres », p. 246).