Bordeaux et la Guyenne

François Cadilhon

[en]

1Peu de villes européennes changèrent autant que Bordeaux au XVIIIe siècle, et la capitale de la Guyenne offre sans aucun doute un résumé de toutes les mutations économiques, sociales ou politiques des Lumières. Selon une simple approche comptable, la ville qui comptait environ 40 000 habitants à la fin du XVIIe siècle, en avait au moins 60 000 en 1750, et un essor démographique spectaculaire devait lui faire atteindre, avec 110 000 habitants, le troisième rang français, après Paris et Lyon, à la veille de la Révolution. Le creuset bordelais n’était pas un vain mot. Aux hommes et aux femmes venus de tout le grand Sud-Ouest du royaume, des Pyrénées aux confins du Massif central, s’ajoutaient en effet tous ceux qui, des îles d’Amérique ou de l’Europe septentrionale ,tenaient à profiter de l’extraordinaire croissance économique qui faisait de la cité l’emporion du monde atlantique.

2Depuis le Moyen Âge, Bordeaux exportait le vin et les productions agricoles de son arrière-pays, mieux drainé par la Garonne, la Dordogne et leurs affluents que toutes les routes cahoteuses du royaume. Il n’y a guère que le commerce du blé que les autorités royales veillaient à contrôler avec soin. Avant même la mort de Colbert, soit bien plus tôt que l’historiographie traditionnelle ne le reconnaît souvent, les Bordelais s’étaient en fait délibérément tournés vers le grand marché de la réexportation, beaucoup plus rémunérateur que la traite, abandonnée aux Nantais, et ce même si le trafic des esclaves fut également pratiqué par quelques marchands du port de la Lune. Le négoce local préférait en effet attirer les produits coloniaux des Antilles — surtout de Saint-Domingue — pour les revendre ensuite, avec des bénéfices considérables, sur toutes les places du continent. La paix qui garantissait la liberté du commerce était donc indispensable aux bonnes affaires de la cité et Montesquieu, justement présenté comme un terrien peu concerné par les paris audacieux de la finance, était loin d’y être insensible ; ce souci revient souvent dans la plupart de ses écrits, notamment L’Esprit des lois.

3Marchands et négociants furent sans doute ceux qui profitèrent le plus de l’enrichissement général. Regroupés souvent en minorités nationales ou confessionnelles dans les quartiers actifs du port aux Chartrons, à Saint-Pierre ou à Saint-Michel, ils venaient de toute l’Europe et édifièrent des fortunes insolentes. Pour un Nicolas Beaujon, qui quitta rapidement Bordeaux pour Paris, bien des Peixotto ou des Saige préférèrent faire souche sur place et gravir lentement les échelons de la société provinciale. Les premiers incarnaient la communauté juive installée en France depuis les persécutions espagnoles. Manieurs d’argent, ils prêtaient aux plus humbles comme aux plus grands, et en 1725 Montesquieu leur devaient au moins 31 000 livres. Les seconds symbolisaient la recherche de la considération et de l’ascension sociale dans un monde moins figé qu’on ne le pense souvent. Armateurs et commerçants à la fin du règne de Louis XIV, ils envoyèrent leurs héritiers à Juilly se frotter aux élites de la province avant de les propulser, fortune faite, vers les cours souveraines de la Guyenne. Ces négociants qui n’avaient jusque-là pas eu le temps de goûter aux plaisirs de l’otium se découvrirent de nouvelles passions. En 1789, François-Armand de Saige, maire et avocat général au parlement, membre de la Société littéraire du Musée, était ainsi un des plus grands lecteurs de Montesquieu, dont le buste ornait son somptueux salon d’apparat.

4Les bénéfices spectaculaires réalisés par le commerce bordelais — il y eut aussi des faillites retentissantes — ne doivent cependant pas masquer la réalité de l’échelle des fortunes. À la mort de Montesquieu, la noblesse restait, et de loin, le groupe dominant en Guyenne tant sur le plan financier que politique, mais cette noblesse, largement ouverte aux enrichis du négoce, avait connu depuis le début du XVIIIe siècle un profond renouvellement. En 1770, 40% de l’aristocratie locale ne remontait pas au-delà du règne de Louis XIV. Ce mouvement d’intégration de familles nouvelles, comme les Saige, les Pellet d’Anglade ou les Basterot, allait de pair avec l’extinction progressive de vieilles dynasties, comme les d’Augeard, les La Chabanne ou les Navarre, avec lesquelles les Secondat vivaient depuis des générations. Le genre de vie de cette nouvelle élite bordelaise était également en pleine mutation. La mise en scène de la culture des apparences définie par Daniel Roche se traduisait en effet autant par la recherche du luxe de l’intime que par une transformation architecturale en profondeur de la cité que l’on ne saurait attribuer aux seuls intendants.

5Centre économique majeur, Bordeaux était aussi une capitale administrative et religieuse. Montesquieu reste discret sur le rôle de l’archevêque. Primat d’Aquitaine dont la juridiction s’étendait sur neuf évêchés suffragants, de Luçon à Bazas, le lointain successeur du pape Clément V était pourtant un personnage important, mais dont l’autorité personnelle n’était peut-être plus dans la première moitié du XVIIIe siècle celle des maîtres de la Réforme catholique au XVIIe, en particulier les frères Sourdis. Cet effacement, tout relatif, est à rapprocher de celui, plus significatif, de la jurade de Bordeaux, dont les prétentions territoriales donnèrent au baron de La Brède l’occasion d’entamer un procès-fleuve de vingt-cinq ans, pour délimiter leurs propriétés respectives autour du village de Léognan. Pour marquer en 1743 une victoire « historique » dont les pièces s’accumulent aux archives municipales et à la bibliothèque municipale de Bordeaux, le philosophe envisagea de faire ériger une pyramide sur les terres contestées. Une belle épitaphe devait condamner les ambitions de ce petit sénat présomptueux dont son propre père avait pourtant été membre (Pensées, nos 1386 et 1545).

6En fait, outre l’hostilité traditionnelle du parlement et de ses membres, le corps de ville avait inexorablement abandonné ses prérogatives aux représentants directs du roi et de l’État en Guyenne — la différence entre les deux n’ayant pas toujours été clairement mise en valeur —, le gouverneur et l’intendant. James Fitzjames, 1er duc de Berwick, jacobite anglais venu servir la cause de Louis XIV qui en fit l’un de ses maréchaux, fut ainsi l’un des protecteurs de Montesquieu en Guyenne et surtout à la cour, car les gouverneurs, retenus à Versailles, se faisaient plutôt représenter en province par un lieutenant. Gouverneur en titre de 1716 à 1724, Berwick prit ainsi l’habitude de laisser son adjoint, le maréchal de Montravel, régler sur place les petites et grandes querelles d’honneur qui ne l’intéressaient guère. En dehors du parlement, le véritable maître de la Guyenne, de Bayonne à Angoulême, de l’Atlantique aux abrupts du Périgord, c’était l’intendant de police, justice et finance, commissaire départi pour les affaires de gouvernement. De 1720 à 1753, deux fortes personnalités se succédèrent à Bordeaux, bien décidées à transformer la ville et à faire appliquer la loi dans toute la généralité. Entre 1720 et 1743, Claude Boucher batailla ainsi pour faire ouvrir une somptueuse place royale contre l’avis de tous les intérêts locaux. L’intendant, qui avait dénoncé Montesquieu pour activité maçonnique, qui lui interdisait de planter de nouvelles vignes, voulait en effet dégager les rues du port pour construire un quai et une perspective néoclassique à la gloire de Louis XV. Si le baron de La Brède prit fait et cause pour le parlement qui refusait les oukases du commissaire, il se montra en revanche plus discret à l’égard de son successeur, pourtant tout aussi autoritaire et tout aussi résolu, Louis-Urbain de Tourny.

7Montesquieu s’empressa de faire admettre le nouveau représentant du roi à l’académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux qui voulait incarner le renouveau du savoir dans la province. L’assemblée relayait pourtant très largement les prétentions du parlement, et les Lumières bordelaises n’étaient pas forcément aussi tolérantes que les mécènes fondateurs l’avaient imaginé en 1712, pour ouvrir l’esprit d’une ville où les Jésuites et leur collège exerçaient un quasi-monopole intellectuel (le collège municipal, dit de Guyenne, n’était en effet plus que l’ombre du prestigieux établissement de la Renaissance vanté par Montaigne). Les tensions entre le marquis de Tourny d’une part, les parlementaires et les académiciens d’autre part, se révélèrent d’ailleurs rapidement beaucoup plus fortes encore qu’avec Boucher. Les différents salons de la ville étaient moins politiques et plus mondains également. À l’image de la diversité parisienne, chaque groupe avait le sien, mais celui de Mme Duplessy était incontestablement le plus prisé. La jeune veuve d’un conseiller du parlement avait effectivement repris, en 1736, les habitudes de son mari et tenait à inviter dans son hôtel particulier de la rue Saint-Seurin les beaux esprits de toute la région. On pouvait y croiser aussi bien Montesquieu que la plupart de ses familiers comme Barbot et Bel (mort en 1738), le président de Ségur, messieurs de Navarre, de Marcellus ou de La Tresne.

Bibliographie

Bordeaux au XVIIIe siècle, François-Georges Pariset dir., Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1968.

Histoire de l’Aquitaine, Charles Higounet dir., Toulouse, Privat, 1971.

Paul Butel, Les Dynasties bordelaises de Colbert à Chaban, Paris, Perrin, 1991.

Actes du 49e congrès de la Fédération historique du Sud-Ouest, t. I, Bordeaux et l’Aquitaine, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1998 ; t. II, Bordeaux porte océane, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1999.

Histoire des Bordelais, Michel Figeac dir., t. I, Bordeaux, Mollat, 2002.